CPR Invest Silver Age

La force de l'âge

En savoir +
Rechercher un produit

Caractéristiques, performances, documentation

CPR EURO HIGH DIVIDEND
CPR Invest - Euro High Dividend

Les dividendes rémunèrent les actionnaires d’une société ; ils sont potentiellement distribués à partir du bénéfice net de chaque exercice, selon un montant fixé par l’assemblée générale.CPR Invest Euro High Dividend est un compartiment de la SICAV (Société d’investissement à Capital Variable) de droit luxembourgeois CPR Invest, nourricier du FCP (Fonds Commun de Placement) de droit français CPR Euro High Dividend, fonds d’actions des pays de la zone euro qui investit sur les titres ayant un fort taux de dividendes.Il vise à surperformer le marché actions des pays de la zone euro, sur une durée minimum de placement recommandé de 8 ans, en sélectionnant les entreprises européennes qui distribuent un dividende supérieur à la moyenne du marché.Le compartiment CPR Invest Euro High Dividend présente un risque de perte en capital et n'offre pas de garantie de performance.

CPR Croissance Dynamique
CPR Invest - Dynamic

CPR Invest Dynamic est un compartiment de la SICAV (Société d’investissement à Capital Variable) de droit luxembourgeois CPR Invest, nourricier du FCP (Fonds Commun de Placement) de droit français CPR Croissance Dynamique diversifié international investi aussi bien en produits de taux (obligations, monétaire) qu’en actions.Il vise à participer à la hausse sur le long terme des marchés internationaux dans un cadre de risque maîtrisé.CPR Invest Dynamic présente un risque de perte en capital et n'offre pas de garantie de performance. Son horizon de placement recommandé est de 5 ans minimum.

CPR Croissance Réactive
CPR Invest - Reactive

CPR Invest Reactive est un compartiment de la SICAV (Société d’investissement à Capital Variable) de droit luxembourgeois CPR Invest, nourricier du FCP (Fonds Commun de Placement) de droit français CPR Croissance Réactive, diversifié international investi aussi bien en produits de taux /crédit (obligations, monétaire) qu’en actions.Il vise à participer à la hausse sur le long terme des marchés internationaux dans un cadre de risque maîtrisé.CPR Invest Reactive présente un risque de perte en capital et n'offre pas de garantie de performance. Son horizon de placement recommandé est de 4 ans minimum.

A la une

Le vieillissement de la population : en attendant une réaction, le phénomène s'accélère

Le vingtième siècle a été le théâtre d’une révolution majeure, la transition démographique. Grâce aux découvertes scientifiques, aux soins et aux progrès médicaux, le taux de mortalité infantile a fortement chuté. Grâce à la qualité croissante des soins pédiatriques et obstétriques, 4 % des enfants périssent avant un an aujourd’hui contre plus de 15 % au début du vingtième siècle. Ce phénomène a permis d’allonger très fortement l’espérance de vie mondiale à la naissance ainsi passée de 33 ans en 1909 à plus de 68 ans en 2014, soit un gain de 35 années en un peu plus d’un siècle.

Ces chiffres cachent néanmoins un forte dichotomie entre pays, ce taux de mortalité demeurant encore fort en Afrique et en Asie centrale malgré la poursuite des efforts. En effet, il excède 5 % sur ces continents alors qu’il est inférieur à 0,3 % dans les pays développés. L’espérance de vie africaine n’est donc que de 55 ans et celle de l’Asie centrale de 65 ans, quand celle des pays développés dépasse les 80 ans. On constate ainsi que l’espérance de vie des pays les plus pauvres équivaut à celle des pays riches à la fin des années 1960. Cette chute de la mortalité infantile a logiquement entraîné une très forte augmentation de la population mondiale ces dernières décennies. On l’évaluait à un milliard d’habitants en 1800, 1,7 milliard en 1900, et pas moins de 7,3 milliards aujourd’hui. En conséquence, avec la baisse prévisible de la mortalité infantile dans les pays les plus pauvres dans les décennies à venir, l’ONU présente des projections éloquentes quant à l’accroissement de la population mondiale avec une estimation de 9,5 milliards d’habitants en 2050 et 10,8 milliards en 2100. 

Philippe Weber

« L’Angleterre est une île, et je devrais m’arrêter là » (André Siegfried)

Le 23 juin prochain, le peuple britannique devra répondre : « Le Royaume-Uni doit-il rester un membre de l’Union européenne ou quitter l’Union européenne ? ». Face au développement de l’euroscepticisme (pour dire le moins) d’une part importante de l’opinion et de son propre parti, le Premier ministre, M. David Cameron, a fait le pari de soumettre cette question à référendum. Il n’est pas tout à fait certain qu’il s’en félicite aujourd’hui. Il fait pourtant campagne pour rester dans l’UE, ayant obtenu des concessions de sa part. Cela sera-t-il suffisant, alors qu’une forte proportion de son parti fait à l’inverse campagne pour la sortie, à commencer par le flamboyant maire de Londres, M. Boris Johnson, qui, selon certaines mauvaises langues, pourrait être guidé par l’ambition de devenir Premier ministre à la place du Premier ministre plutôt que par une conviction établie ?

Le vieillissement de la population - 2/4 - la modification irrémédiable de l'économie mondiale

Le vieillissement de la population implique de facto une modification du profil de la pyramide des âges et une déformation de la structure de la population mondiale. Ce phénomène aura, dans les années à venir, des conséquences économiques sans précédent. Ainsi, le taux de dépendance vieillesse – le rapport entre le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus et le nombre de personnes de 15 à 64 ans – augmente de 1,2% en moyenne chaque année dans l’Union européenne depuis 2000, le nombre d’actifs diminuant au profit des retraités. En effet, la population européenne en âge de travailler a atteint un sommet de près de 330 millions en 2010 et devrait diminuer pour tomber à 309 millions en 2025. En 2005, on y dénombrait un retraité pour quatre personnes en âge de travailler et, selon les prévisions, le ratio d’un retraité pour deux actifs pourrait être atteint en 2050… Bien entendu, ces modifications démographiques menacent dès à présent la pérennité des systèmes de retraite et de sécurité sociale.

L’âge légal moyen de la retraite des pays de l’OCDE a avancé entre 1970 et 2010 pour les hommes, de 63,8 ans il est passé à 62,9 ans, alors que l’espérance de vie a augmenté de plus de dix ans sur la même période et que le vieillissement de la population s’est révélé être un défi mondial. L’espérance de vie à l’âge de la retraite a donc augmenté de 13 à 18 années pour les hommes et de 19 à 23 années pour les femmes, alors que le taux de fertilité chutait dans la plupart des pays développés. On estime même l’espérance de vie à l’âge normal de la retraite de 20 ans pour les hommes et 25 ans pour les femmes en 2050, et ce, même si de nombreux pays de l’OCDE ont déjà pris des mesures pour reculer progressivement l’âge de la retraite (selon les prévisions, il sera proche de 65 ans pour les hommes). 

La politique de l'enfant unique en Chine, révolution ou anecdote ?

En 1979, le gouvernement chinois imposa une politique restrictive sur le plan familial, la politique de l’enfant unique, initiative appliquée dans le but d’améliorer concrètement le niveau de vie. En effet, la limitation du nombre de naissance devait permettre une allocation plus efficace des ressources de l'État, une politique de soutien économique en somme. Pourtant, les couples chinois n’ont pas attendu l’interdiction d’avoir plus d’un enfant pour que le taux de fertilité* ne s’effondre, il a chuté bien avant. Il est en effet passé de 5,5 enfants par femme en 1970 à 2,65 dix ans plus tard. En clair, le taux s’était déjà effondré de plus de 50% dans la décennie précédant l’instauration de la politique de l’enfant unique. Devant les graves problèmes sociaux soulevés par cette politique (infanticides, avortements, déséquilibres hommes-femmes), le gouvernement l’assouplit rapidement, et ce dès 1984 dans les campagnes. En effet, l'enfant devait absolument être un garçon, seule garantie pour la famille de bénéficier d’une retraite ou de recevoir des soins, car les filles étaient amenées à se marier et à partir vivre dans leur belle-famille, sans possibilité de subvenir aux besoins de leur parents. Ainsi, entre 1984 et 1988, le taux de fertilité rebondit, passant de 2,7 à 2,9 enfants par femme. 

Or et mines - 2015 : 3e année de baisse pour l'or, 5e pour les mines

En retrait de ~10,5% (USD) en 2015, l’or enregistre une 3e année de baisse consécutive. La hausse du dollar et la remontée des taux réels US dans un contexte de normalisation de la politique monétaire de la FED ont constitué les principaux détracteurs du marché aurifère et ce, en dépit des tensions apparues tout au long de l’année (Chine, Crédit…), mais qui n’ont pas été (encore ?) au point de détourner les investisseurs des actifs risqués.

Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs de l’OPC et du gestionnaire.